Pierre Jean Giloux

Invisible Cities

Événements
À la fondation
19 mars 2019 à 19:00
Intervenant•e•s
Ingrid Luquet-Gad
Elie During 
Pierre Jean Giloux
Grégory Lang

Lancement de la monographie Invisible Cities de Pierre Jean Giloux

Projection de films courts suivie d’une discussion et signature de la monographie

Première monographie de Pierre-Jean Giloux, la publication prolonge la tétralogie vidéo éponyme inspirée par le mouvement architectural utopiste japonais : le Métabolisme (1960-70).

Les films du cycle Invisible Cities sont des portraits de villes nipponnes, superposant des images filmées et photographiées de la réalité quotidienne, sociale et urbaine, à des images virtuelles. L’ouvrage explore les liens qui relient quatre villes japonaises au riche passé architectural (Tokyo, Yokohama, Osaka, Kyoto). Ce voyage au sein de La Mégapole nippone retrace une histoire du Japon et s’achève avec la reconstitution de pavillons de l’Exposition universelle Osaka 70 et une proposition virtuelle de smart city sur les eaux du lac Biwa.

L’utopie métaboliste à laquelle il est constamment fait référence dans l’œuvre de Pierre Jean Giloux a joué un rôle déterminant dans la constitution de l’identité culturelle japonaise d’après-guerre et a eu une influence notoire sur de nombreux architectes contemporains.

>FILMS (TÉTRALOGIE)

Pierre Jean Giloux

Invisible Cities, 2015-2017

4 Full HD Videos, color, format 16/9.

Stereo Soundtracks by Pierre Jean Giloux with Lionel Marchetti.
Metabolism # part 1 – Japan Principle # part 2 – Shrinking Cities # part 3 – Stations # part 4
Invisible Cities est une tétralogie, qui s’inspire du mouvement utopiste des métabolistes 1960-70. Ce cycle de films interroge les notions de paysages (machinami) et rassemble plusieurs portraits de villes japonaises, Tokyo, Yokohama, Kyoto, Osaka. Il est proche de ce que l’on appelle « la réalité augmentée » car il superpose des images de réalités urbaines et sociales, filmées et photographiées à des images virtuelles.
Montrer le Japon contemporain en utilisant des formes plastiques hybrides, résulte du choix d’utiliser les outils technologiques qui le constituent, dans le but de mieux le restituer. Ces villes éclectiques, villes laboratoires où l’architecture et l’urbanisme sont en perpétuels devenirs impliquent un dialogue entre réel et fiction. Les techniques numériques utilisées pour réaliser ce projet se basent sur des hybridations d’images photographiques, vidéos et de synthèses.
Le cycle Invisible Cities se clôture avec le film Stations # Invisible Cities # Part 4, un voyage réel et fictif dans les paysages urbains et naturels de la région d’Osaka : le Kansai. Le film explore l’utopie des Métabolistes (1960-70) dans une reconstruction virtuelle de l’exposition universelle d’Osaka 70 et nous invite à un parcours mémoriel qui nous fait traverser les sites historiques de Nara et Kyoto pour nous amener aux portes de la cité lacustre « Biwako Machi », une ville virtuelle créée sur le Lac Biwa selon les préceptes des accords du protocole de Kyoto.

Films produced by Solang Production Paris Brussels, in coproduction with S.O.I.L., Brussels, with support by Centre National du Cinéma CNC-Dicréam, Centre national des arts plastiques CNAP, Le Carré Centre d’art contemporain, Château Gontier (FR), Federation Wallonia-Brussels FWB, Vlams Audiovisueel Fonds VAF (BE), Collection Pierre Darier, Cologny (CH), and partnership of Ecole nationale supérieure d’architecture ENSA, Nantes (FR), Koganecho Bazaar, Yokohama, Institut français in Japan, and Villa Kujoyama, Kyoto (JP).

ARTISTE

Pierre Jean Giloux montre et a montré des films de cette tétralogie dans des musées et centres d’art contemporain et a remporté le prix d’Art Video du Festival Côté Court de Pantin en 2016.

En savoir plus: http://www.pierrejeangiloux.com/works.php

  • Le 19 mars 2019 à 19:00
  • Fondation Pernod Ricard
    1 cours Paul Ricard
    75008 Paris
    0170932600
  • Métro
    Métro : Gare St Lazare (lignes 3, 12, 13, 14)
    Parking
    Parking St Lazare