Interrompre

Poésie Plate-forme

Événements
À la fondation
7 juillet 2020 à 17:00
Intervenant•e•s
Avital Ronell
Vincent Broqua

programmateur•rice•s

Cette dernière rencontre « Poésie Plate-forme » avant l’été réunit, le temps d’un dialogue impromptu, Avital Ronell, l’une des plus audacieuses théoriciennes américaines, et Vincent Broqua, poète, essayiste et traducteur.

Cette rencontre aura lieu sur Zoom : https://bit.ly/2BYpHOa, ID de réunion: 918 6865 6874, mot de passe : 708244 

Avec le confinement, le monde, presque en entier, s’est arrêté. Depuis un appartement parisien, Avital Ronell a lancé sur internet son superbe Salut, Hello (Testing 1,2,3), une adresse forte et émouvante à l’événement. De son côté Vincent Broqua a tiré des fusées en liberté, il a écrit des feux, des critiques qui rejoignent ses Frais du jour. Puis cette suspension elle-même s’est interrompue à son tour.

« Interrompre » sera l’occasion alors d’arrêter un instant le cours des versions multiples entre les textes, les hypothèses et les langues, et leur exaltation, qu’Avital Ronell dans la déconstruction des concepts philosophiques et littéraires pratique et sample, et que Vincent Broqua dans l’écoute tissée des écritures, des critiques et des phrases, interroge.

 

Avital Ronell écrit des textes philosophiques et littéraires inouïs, inspirés par les traditions française et allemande. Marquée par l’amitié et les œuvres de Kathy Acker, Hélène Cixous, Jacques Derrida, Jean-Luc Nancy, Jacob Taubes, sa démarche participe d’une déconstruction des concepts et au-delà. Parmi ses livres en français : Telephone Book, technologie, schizophrénie et langue électrique, Bayard 2006 ; American Philo. Entretiens avec Anne Dufourmantelle, Stock 2006 ; Addict, Fixions et narcotextes, Bayard 2009 ; Test Drive, la passion de l’épreuve, Stock 2009.

Vincent Broqua est écrivain, traducteur, passeur d’écriture nord-américaine. Il travaille le divers. Parmi ses essais : À partir de rien : esthétique, poétique et politique de l’infime (Michel Houdiard, 2013) ; Malgré la ligne droite: l’écriture américaine de Josef Albers (Presses du Réel, 2020, à paraître). Parmi ses livres de poésie : Récupérer (Les petits matins, postface d’A. Ronell, 2015) et même = same (Contrat Maint, 2013). Il a traduit ou co-traduit : David Antin, Caroline Bergvall, Tracie Morris, Anne Waldman ; avec Stéphane Vanderhaeghe, il a traduit La plainte d’Avital Ronell.

Dernières publications : Vincent Broqua, Frais du jour, L’Ours blanc/Héros-Limite, 2020. Avital Ronell, La plainte. (Petits griefs entre amis), traduit par Vincent Broqua et Stéphane Vanderhaeghe, Max Milo, 2019.

  • Le 7 juillet 2020 à 17:00