Elodie Royer

Vit et travaille à Paris.
Website
Élodie Royer est commissaire d’exposition indépendante.

Elle développe depuis 2016 une collaboration curatoriale entre KADIST et le MOT Musée d’art contemporain de Tokyo avec la commissaire Che Kyongfa, qui se déploie au travers d’expositions et de rencontres entre Paris et Tokyo (Things Entangling, MOT, 2020; Les nucléaires et les choses, KADIST, 2019; Almost nothing, yet not nothing, Université des Arts de Tokyo, 2017). S’appuyant sur la catastrophe de Fukushima comme point de départ, ce programme réunit des artistes, tels qu’Hikaru Fujii, Eric Baudelaire, Jumana Manna ou Alexandra Pirici, engagés dans des processus de recherche, de production et/ou de résistance, face aux différent.e.s désastres ou crises de notre époque.

 

Auparavant, elle a collaboré avec de nombreuses structures d’art contemporain publique et privée en France (Palais de Tokyo, Le Plateau/FRAC Ile-de-France, gb agency, DOC!, etc.) et à l’international (Mercer Union à Toronto, Tate Modern à Londres, GAMeC – Galerie d’art moderne et contemporain à Bergame, etc.). Elle travaille régulièrement avec Yoann Gourmel, aussi commissaire, depuis le programme d’expositions 220 jours qu’ils ont conçu ensemble en 2007- 2008, en dialogue avec les artistes Isabelle Cornaro, Julien Crépieux, Mark Geffriaud, Benoît Maire, Bruno Persat, Chloé Quenum ou Raphaël Zarka. En 2011, elle a été pensionnaire de la Villa Kujoyama à Kyoto où elle a mené des recherches sur différentes pratiques artistiques performatives et conceptuelles japonaises des années 1960 à nos jours.